Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour Retourner À L'accueil

  • : Ananie
  • Ananie
  • : Ce blog a pour but de présenter une vision spirituelle de la tradition chrétienne
  • Contact
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 11:50

(Tiré de l'introduction à la vie dévote de Saint François de Sales avec une ou deux précisions en plus).



Mise en présence de Dieu.


Elle peut se faire de 4 manières :


  1. Prendre conscience que Dieu est partout, qu'il n'est pas un lieu, pas une chose où il ne soit véritablement. Ainsi, où que nous soyons, nous sommes en présence de Dieu. On peut matérialiser cela en disant : « Ô mon coeur, mon coeur, Dieu est vraiment là ! ».


  1. Penser que Dieu est tout spécialement présent dans notre coeur, comme il l'est au fond de notre esprit. Considérant cette vérité, nous suscitons en notre coeur une profonde révérence à l'égard de Dieu, puisqu'il lui est si intimement présent.


  1. Penser que le Christ nous regarde du haut du Ciel.


  1. Imaginer Jésus à côté de nous.


On se servira de l'un de ces 4 moyens (pas ensemble mais un à la fois). On fera cela brièvement et simplement.


Invocation.


Conscient de nos limites humaines mais sans culpabilité (avec beaucoup de patience et de bienveillance envers nous-mêmes), nous demandons à Dieu de nous guider pendant notre pratique afin que celle-ci corresponde à sa divine volonté et le serve ; c'est à dire qu'elle accomplisse notre plus grand bien et nous rende plus bénéfique pour les autres. Cela nous mettra dans de meilleures dispositions, afin que nous nous laissions moins égarer par notre égo durant notre méditation.

On peut aussi invoquer notre ange gardien et les saints personnages qui étaient présents au mystère que nous allons méditer afin qu'ils nous communiquent les sentiments intérieurs qu'ils reçurent eux-mêmes dans ce mystère (si par exemple on médite sur la mort de Jésus, on priera la Vierge Marie, Saint Jean, Sainte Marie Madeleine...).


La mise en présence de Dieu et l'invocation peuvent être des préliminaires à toute pratique spirituelle.

Méditation elle-même.


Ici on peut lire le texte biblique que l'on veut méditer d'un coup avant de passer à la pratique ou effectuer la pratique au fur et à mesure que l'on lit le texte en marquant une pause contemplative après la lecture de chaque verset.


Visualiser la scène biblique comme si elle se passait sous nos yeux et se placer soi-même sur le lieu de cette scène (par exemple pour la Crucifixion, on se place face à la Croix, sur la colline du Golgotha). On peut aussi imaginer que l'évènement biblique se déroule à l'endroit où l'on fait notre pratique (dans ce cas la Crucifixion se passera là où nous nous trouvons). On vit alors le déroulement des évènements comme un observateur, ou encore, dans la peau d'un des saints personnages du Mystère. Ainsi on peut vivre la scène en s'imaginant que l'on est Saint Jean, la Vierge ou Jésus lui-même.


Il est important ici de vivre le Mystère en se plaçant dans une attitude de réceptivité : on ne cherchera pas à produire de soi-même un sentiment d'amour, d'humilité ou autre, car alors on arriverait seulement à se mettre en tension ou à produire des vertus très limitées. On se contentera d'imaginer la scène biblique, d'y être le plus présent possible et de se rendre disponible pour recevoir les vertus qui nous seront données (et non créées par nous). On ne cherchera pas non plus à comprendre intellectuellement le Mystère biblique qui est au delà de l'intellect. Si des prises de conscience intellectuelles doivent se faire, elles se feront d'elles-mêmes, sans effort.

Lorsque l'on aura l'impression qu'il ne se passe rien, on acceptera humblement et patiemment ce fait, sans chercher à forcer les choses. Mais si au fil des méditations on continue à ne rien ressentir, on pourra observer notre état intérieur pour voir si nous devons réajuster notre attitude.

Ainsi, avec la persévérance et le temps, cette pratique produira ses fruits, et au fur et à mesure, les vertus de Jésus, de la Vierge Marie et des Saints qui participent au Mytère sur lequel nous méditons s'installeront de plus en plus en nous.


Les mouvements du coeur et les résolutions.


Pour que notre pratique ait un prolongement dans notre vie quotidienne, on tirera des résolutions des mouvements de notre coeur. Ainsi, si en méditant la Crucifixion, on se sent poussé à imiter Jésus en pardonnant à nos ennemis, à la fin de notre méditation, on prendra les résolutions concrètes qui en découlent : « J'essaierai de ne plus m'agacer des critiques de telle personne mais de me placer dans l'humilité et l'amour face à elle pour l'adoucir » (par exemple).



Conclusion et bouquet spirituel.


A accomplir le plus humblement possible.


  • Remercier Dieu des bonnes inspirations qu'il nous a données, des grâces dont il nous a comblé et des résolutions qu'il nous a fait prendre. Sentir de la gratitude pour sa bonté et sa miséricorde que nous avons peut-être découvertes ou ressenties dans la méditation du Mystère.


  • Offrir à Dieu les grâces reçues ainsi que nos bons sentiments et résolutions, en union avec les mérites du Christ. Le fait d'unir notre travail au pur don accomplit par le Christ dans sa vie et sa mort le rendra meilleur et nous permettra de moins nous en attribuer les mérites (ce qui pourrait nourrir en nous l'orgueil). Ainsi on peut dire par exemple : « Seigneur, je t'offre tous les bienfaits de cette pratique en union avec ceux de ton Fils. »


  • Demander à Dieu de nous communiquer les grâces et mérites de son Fils, de bénir nos saints désirs et résolutions afin que nous puissions les mettre en oeuvre.


  • Puis nous pouvons confier à la Vierge Marie, aux Saints et aux Anges nos parents, amis, guides spirituels... On récite un Notre Père et un Je Vous Salue Marie.


  • On peut terminer en choisissant deux ou trois pensées ou sentiments issus de la méditation du Mystère, en faire une sorte de bouquet spirituel (selon les termes de Saint François de Sales) dont on pourra respirer le parfum au long de la journée.



 Il peut être interressant de commencer par méditer sur les Mystères du Rosaire (en particulier les 5 Joyeux, les 5 Douloureux et les 5 Glorieux) qui résument tout le cheminement du chrétien (on les trouvera sur ce site, sur la page d'accueil, en cliquant sur le lien : "Pour prier le Rosaire").

Partager cet article

Repost 0
Published by Ananie - dans Pratiques
commenter cet article

commentaires

charles 05/10/2009 17:55


Pour nous aider dans la lecture d'un passage de la bible nous pouvons prendre cette petite méthode. Nous faisons 5 colonnes avec comme en tête dans l'ordre Où - Quand - Qui- fait quoi -
Comment.
En écrivant le texte on suit les colonnes
Ainsi dans la colonne Où apparait tout les lieux et déplacements. Dans la colonne Quand tous les temps. Dans la colonne Qui tous les sujets de l'action - Dans la colonne Fait quoi apparaît toutes
les actions qui se déroulent. Dans la colonne Comment vient la manière dont l'action se déroule. Ainsi nous pouvons faire des relations entre des lieux, des déplacements peuvent être significatifs.
Nous pouvons faire des rapprochements entre lieux et temps. Nous pourrons voir par exemple l'importance de l'heure dans l'évangile de Jean. Qui va mettre à jour tous les personnages, ceux qui sont
nommés et les anonymes et quelles relations entre eux. Fait Quoi se sont les verbes et donc les actions qui vont apparaître; ces actions que veulent-elles nous dire? Comment nous indiquera les
circonstances et les attitudes.
Ainsi nous pourrons nous apercevoir de la richesse d'un texte qui n'apparaît pas forcément à la première lecture.
Cela peut être un partie de l'oraison.


Ananie 05/10/2009 20:04


merci


charles 03/10/2009 18:17


LE DIFFUSEUR DE PARFUM
L'oraison peut avoir la même fonction que le diffuseur parfum.
Le diffuseur de parfum se compose d'un flacon rempli de différentes essences aromatiques et d'une mèche pour faire sortir à petite dose et de façon continue dans l'atmosphère le parfum.
L'oraison remplit le flacon de miséricorde, de pardon, de joie, de foi, d'espérance, de charité, de tendresse, de patience, en un mot de tous les parfums de l'Esprit cueillis au champ de la Parole
de Dieu, des rencontres et du Silence.
L'oraison va remplir le flacon de la Présence de Dieu avec toutes ses nuances, ses subtilités, ses réminiscences. Le temps de l'oraison c'est le temps où nous remplissons le flacon.
A la fin de l'oraison nous ouvrons le flacon pour que tout le parfum diffuse dans le quotidien des jours pour assainir, vivifier et embellir. L'oraison porte son parfum presque sans s'en rendre
compte pour que tout devienne une agréable offrande à la Louange de la Gloire de Dieu.


Ananie 03/10/2009 20:14


Magnifique !!! (que dire de plus, merci)