Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour Retourner À L'accueil

  • : Ananie
  • Ananie
  • : Ce blog a pour but de présenter une vision spirituelle de la tradition chrétienne
  • Contact
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 22:48

La prière est, pour le chrétien, une grande nécessité.

Car ni la connaissance, ni la volonté, ni le don aux autres, ni la croyance en Dieu, ne nous ferons parvenir à eux seuls à la sanctification si l'Esprit Saint n'œuvre pas Lui-même en nos âmes pour les purifier.

 

Dieu nous donne à chaque instant son souffle de vie pour que nous puissions exister, mais ensuite il se repose comme au septième jour de la création et nous laisse libre de suivre ou non Sa Volonté.

 

Ce qui signifie que pour que Dieu puisse agir en nous, pour qu'il puisse nous transformer selon ce qu'Il veut et nous conduire au Bonheur, il nous faut impérativement le lui demander.

 

Ainsi, si nous trouvons que Dieu n'agit que très peu dans nos vies, ou nous a fait moins saint que d'autres, la cause n'en est pas ailleurs que dans un manque de prière fervente de notre part.

 

Si la plupart d'entre nous (moi y compris), ne sommes pas remplis de la même Grâce qui habite les Saints, c'est parce que nous ne la demandons pas assez, ou pas vraiment comme il le faudrait.

 

Mais alors comment demander ?

 

 

Tout d'abord Avec Foi.

 

La Foi, selon Saint Jean de la Croix, c'est la ''nuit de l'entendement'', c'est à dire l'abandon de la compréhension mentale.

 

En effet, Dieu est au delà de toute conception ou image.

Dès lors, dès que nous nous représentons Dieu avec une idée plus ou moins arrêtée, nous limitons Dieu dans notre esprit. Et quand nous prions c'est à ce Dieu limité que vont nos prières, qui reçoivent alors une réponse limitée.

 

Mais qu'est ce qu'une idée plus ou moins arrêtée sur Dieu ?

 

C'est se dire que Dieu est comme ceci ou comme cela, qu'il veut ci et ça, qu'il pense tel chose ou telle autre, qu'il est ici ou là.

 

En réalité, dès que nous croyons comprendre Dieu, c'est que nous ne le comprenons pas du tout. Et lorsque nous nous rendons compte que nous n'arrivons pas et n'arriverons jamais à comprendre Dieu, c'est là que nous commençons à entrer dans le mystère de la Foi qui nous relie à Dieu tel qu'il est, dans sa dimension illimitée et insondable.

 

Mais il ne suffit pas de se dire cela : ''Dieu est au delà de toutes représentations''. Car se serait encore une idée arrêtée, purement intellectuelle.

Non, il faut vraiment réaliser son impuissance à comprendre Dieu.

 

Pour certain qui ont une Foi simple et naïve c'est une chose facile. Mais pour ceux qui ont un intellect assez fort, cela demande plus de travail.

 

Ainsi, si nous avons déjà certaines idées arrêtées sur Dieu, alors il nous faut continuer à chercher, à remettre en question ces idées, à en trouver qui soient de plus en plus juste, à demander de l'aide dans la prière, jusqu'à ce qu'un jour nous nous trouvions face à une impasse et que nous nous rendions compte, réellement, profondément, de notre totale impuissance à comprendre Dieu. Et ce de manière définitive.

 

Car c'est le témoignage des Saints, que même lorsque nous verrons Dieu, que nous serons un avec Lui, nous ne le comprendrons toujours pas, nous ne le saisirons pas.

 

Ainsi Dieu est au delà de toute représentation, de toute conception. Mais il est aussi au delà de tout ce que nous pouvons ressentir ou percevoir de quelque façon que se soit.

 

S'il nous arrive d'être transporté de joie, d'amour ou de paix dans la prière, ou même d'entrer en extase, ce n'est pas Dieu que nous ressentons, mais des effets de sa présence. Et la nuance est importante car si nous nous attachons à ces perceptions ou ressentis comme s'ils étaient Dieu lui-même, nous le limitons.

 

Remercions le plutôt pour ces bénédictions (qui sont là aussi même quand nous ne vivons pas ces transports agréables) et laissons le œuvrer en nous comme il l'entend, mais ne confondons pas les effets que sa grâce produit et son être même.

 

Ainsi en priant tout en sachant que nous ne pouvons pas vraiment définir Dieu, et qu'il est même au delà de tout ce que nous pouvons ressentir ou percevoir, nous prions en croyant simplement qu'Il est là, sans chercher à le saisir.

Alors, avec cette Foi, ce n'est plus à une petite partie limitée de Lui que nous nous adresserons, mais à Lui tout entier, dans sa toute puissance transformante d'Amour.

 

Et la Foi c'est aussi cela : savoir que même si Dieu est au delà de tout ce que nous pouvons imaginer, sentir ou nous représenter, Il est là, et lorsque nous nous adressons à Lui, il nous écoute.

Ainsi, si l'on prie avec Foi, on ne peut se contenter de réciter une prière de manière machinale, car Dieu est là, en nous et au delà de nous, comme s'il était face à nous, et il nous écoute avec attention.

Personne ne parlerait à un ami proche qui est face à lui en récitant un texte par cœur, de manière machinale, sans s'adresser directement à lui, comme si l'ami en question n'était pas là.

Si nous ne le faisons pas avec un ami, pourquoi le faisons nous avec Dieu ?

Je crois que c'est parce que nous oublions ou ne croyons pas suffisamment que Dieu est vraiment là, encore plus proche et plus aimant que n'importe quel ami, et qu'il nous écoute avec attention.

 

 

Ensuite avec Espérance.

 

L’Espérance, en tant que vertu donnée par Dieu, n'a rien avoir avec l'espoir tel qu'on l'entend habituellement.

L'espoir c'est attendre quelque chose que l'on a déjà imaginé ou connu, et que l'on souhaite trouver ou retrouver.

C'est espérer par exemple la richesse, la reconnaissance, la santé, une relation de couple harmonieuse...etc.

 

L'espérance par contre consiste à espérer quelque chose que l'on n'a jamais connu et qu'il est impossible d'imaginer : l'union avec Dieu, la béatitude éternelle.

 

C'est pourquoi nous pouvons, avec Saint Jean de la Croix, appeler l'Espérance ''nuit de la mémoire'' (sa définition de la ''nuit de la mémoire'' est bien plus profonde que cela, mais elle n'est pas en contradiction avec ce qui est dit ici).

 

Prier en étant guidé par l'Espérance cela revient à se remettre entre les mains de Dieu en lui demandant de nous sanctifier par son Esprit Saint.

 

Car si Dieu n’œuvre pas en nous, il est impossible d'accéder à la Sainteté.

 

Lui seul peut nous donner la clairvoyance et l'humilité pour voir tout ce qu'il y a à purifier en nous, lui seul peut nous donner la persévérance, le goût de la prière, le détachement joyeux des biens terrestres, l'amour pour les autres... et toutes les forces et vertus nécessaires au cheminement spirituel.

 

Cependant Dieu n'impose rien, il respecte notre choix. C'est pourquoi, si nous voulons qu'il œuvre à notre sanctification ou fasse naître en nous des vertus, nous devons sans cesse le Lui demander.

 

Et là est le véritable but de la prière.

 

Si nous demandons sans cesse à Dieu des richesses, de la reconnaissance, du pouvoir, il ne faut pas nous étonner de ce qu'il ne nous exauce pas. Car ces choses, si elles sont nécessaires, en une certaine quantité, à notre vie terrestre, ne conduisent pas véritablement au Bonheur, et sont même parfois des occasions de chuter.

 

Si Dieu ne nous les donne pas alors que nous les lui demandons, c'est parce que c'est autre chose qu'il veut nous donner et qui nous conduira vraiment au Bonheur.

 

Ainsi prier avec Espérance, c'est demander par exemple à Dieu d'être plus humble, plus aimant, plus vigilant, persévérant. C'est lui demander de nous guérir de tout mal spirituel.

 

C'est en fait Lui demander de nous purifier de tout ce qui, en nous, s'oppose à Lui, ou encore, Lui demander d'accomplir en nous Sa Volonté.

Et en le laissant accomplir en nous toute Sa Volonté, Dieu nous comblera, bien au delà de tout ce que nous aurions pu imaginer.

 

De plus, si nous vivons dans Sa justice et ses Vertus, Dieu nous donnera par surcroit tout ce dont nous avons besoin pour vivre et être heureux.

« Cherchez le Royaume de Dieu et Sa justice et tout le reste vous sera donné par surcroit » dit le Christ.

 

C'est cela aussi l'Espérance qui doit nous imprégner lorsque nous prions : une grande confiance en la Volonté de Dieu.
Nous devons en effet être convaincus que Dieu nous aime, qu'Il veut que nous soyons heureux, et qu'Il sait bien mieux que nous ce qui nous conduira au Bonheur.

 

Ainsi, n'importe laquelle de nos demandes à Dieu devrait être terminée par une formulation du type : « Seigneur, que se soit Ta Volonté qui se fasse et non la mienne. »

 

Si cette formulation sincère suit notre prière, alors nous pourrons faire n'importe quelle demande à Dieu (même des demandes concernant les choses terrestres) sans nous inquiéter de demander quelque chose de contraire à la Volonté divine (qui nous serait nuisible), car Dieu rectifiera nos prières selon Sa Volonté.

 

Mais encore faut-il que cette demande soit vraiment sincère et qu'elle ne soit pas une simple récitation.

 

Ainsi, nous pourrons être sur qu'Il nous comblera de Paix et de Joie.

 

Il ne répondra peut-être pas à nos demandes comme nous l'aurions pensé au départ, mais au final, nous serons bien plus heureux de Son action en nous et dans notre vie, que s'il avait exaucé nos demandes comme nous nous l'étions imaginés.

 

Mais il est possible que nous ayons peur de formuler une telle demande.

Si tel est le cas, alors demandons à Dieu de nous guérir de cette peur, et de nous donner une confiance absolue dans le fait que Sa Volonté, et elle seule, nous conduira au véritable Bonheur, un Bonheur indestructible car non lié à des objets extérieurs, mais à la présence de Dieu en nous.

 

L'Espérance consiste donc, fondamentalement, à faire plus confiance à la Volonté de Dieu qu'à la notre pour nous rendre véritablement heureux, et à nous placer dans une disposition d'esprit de réceptivité à ce qu'Il veut nous donner et que nous ne connaissons pas encore.

 

 

Et avec Charité.

 

La Charité, même si elle inclue aussi cela, ce n'est pas seulement subvenir aux besoins matériels des personnes qui en manquent, mais c'est, plus largement, aimer Dieu et aimer son prochain comme soi-même et d'un amour inconditionnel.

 

C'est la Charité qui donne sa direction à la prière, qui montre le chemin qu'elle doit prendre.

 

Et ce chemin est de deux natures :

 

- Tout d'abord la prière est orientée par l'Amour de Dieu. C'est à dire que fondamentalement, nous ne prions pas pour obtenir quelque chose pour nous, mais pour vivre le mariage mystique avec Dieu et être unit à Lui.

 

- Ensuite, de cet Amour de Dieu découle aussi l'amour des autres. Car plus nous sommes unis à Dieu, et plus nous aimons ; et plus nous aimons, plus nous sommes unis à Dieu. Ce sont deux choses indissociables, car comme le dit Saint Jean, Dieu est Amour et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu.

 

Ainsi, lorsque nous prions, soyons conscient que ce n'est pas le fait de recevoir des choses qu'elles soient matérielles ou spirituelles, qui pourra nous combler, mais c'est le fait d'être unit à la présence de Dieu.

Et plus nous serons unis à Lui, moins nous voudrons de choses pour nous mêmes, parce que nous trouverons notre bonheur dans le fait d'aimer notre prochain.

 

C'est pour cela que Saint Jean de la Croix appelle la charité « Nuit de la volonté ».

 

Prier avec Charité c'est aussi ne pas prier uniquement pour soi-même, mais laisser notre prière s'étendre à toutes les âmes, par Amour pour elles, qu'elles soient humaines ou animales, vivantes ou mortes.

 

Cela nous libère progressivement de l'égoïsme et en faisant ainsi nous en tirons encore plus de bénéfices que si nous avions prié uniquement pour nous mêmes.

Lorsque nous prions pour demander une grâce qui correspond à la volonté divine, demandons aussi cette grâce pour tous les êtres, afin d'amasser des trésors dans le ciel et de développer l'Amour des autres et l'attitude du don de soi.

 

Ainsi nous devenons un canal pour que l'Amour de Dieu puisse se déverser dans le monde. Et notre petit amour humain qui nous avait donné l'envie de prier pour tous, devient un Amour divin et infini, car ce n'est plus nous qui aimons, avec nos forces limitées, mais c'est Dieu qui Aime à travers nous, nous permettant ainsi peu à peu d'Aimer véritablement comme Lui seul sait Aimer.

 

En effet, cet Amour infini et divin, cette Charité au sens premier du terme, nous ne pouvons pas la produire par un effort de notre volonté. La Charité est une Grâce de Dieu, et ce que nous pouvons faire c'est y consentir, l'accueillir en nous, et laisser Dieu la déverser pour les autres et aussi pour nous mêmes au travers de notre attitude de prière.

 

Cette attitude, nous la cultivons particulièrement dans les moments que nous consacrons pleinement à la prière, mais à force de la cultiver, elle peut et doit imprégner notre esprit, nos paroles, nos actions et toute notre vie de plus en plus souvent et intensément.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ananie - dans Textes
commenter cet article

commentaires

Angelilie 08/03/2017 18:47

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.

Ananie 12/06/2017 12:54

Merci