Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour Retourner À L'accueil

  • : Ananie
  • Ananie
  • : Ce blog a pour but de présenter une vision spirituelle de la tradition chrétienne
  • Contact
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 11:38

« Seigneur je ne suis pas digne de te recevoir mais dit seulement une parole et je serais guéri ».


Lorsque l'on dit cette phrase à la messe, avant de communier, il faut se préserver de deux états d'esprit extrêmes qui pourraient nous empécher de bien recevoir cette communion au Christ.

Premièrement, il faut se préserver de la croyance que l'on a aucune valeur aux 'yeux de Dieu', que Dieu ne doit pas nous aimer et qu'il ne doit rien nous donner parce qu'on ne le mérite pas. Deuxièmement, il faut aussi éviter de penser que nous n'avons pas besoin de la grâce pour avancer, que nous n'avons aucun défaut ou que nous pouvons nous débrouiller par nous-mêmes pour avancer vers notre sanctification.

Ces deux états d'esprits sont loins de la vérité et risquent de nous empêcher de recevoir les grâces que Jésus veut nous transmettre.


Pour comprendre cela on peut utiliser une comparaison:

Imaginons que l'on est un pauvre à un niveau matériel... Un jour un homme extrêmement riche se présente devant le pas de notre porte et nous demande s'il peut entrer et nous donner tout l'argent dont nous avons besoin pour nos vêtements, notre mobilier, notre maison, notre nourriture...etc.

  • Si en voyant cet homme nous nous disons « Je ne vaux rien, je ne mérite pas d'argent de cet homme, je n'ai rien fait pour cela », on va refuser son argent, refuser qu'il entre chez nous. Alors qu'en fait cet homme n'en a absolument rien à faire de nos mérites, de qui nous sommes, de ce que nous avons fait, il veut juste nous aider par compassion pour nous.

  • Si au contraire nous nous disons par fierté « Je n'ai pas besoin de l'argent de cet homme, j'en ai déjà, je ne vais pas m'abaisser à recevoir quoi que ce soit de qui que ce soit, personne ne sera au dessus de moi », on va là aussi refuser cet argent par orgueil, par refus de reconnaître que nous en manquons, tout cela pour ne pas constater qu'il y a quelq'un de plus grand que nous, qui a plus d'argent et dont nous dépendons pour notre bien être.


Il en est de même avec la communion, le Christ est cet homme riche qui ne demande qu'à nous aider. Mais ses biens ne sont pas extérieurs, se sont des biens intérieurs: l'Amour, la Paix; la Joie, la vision de la Vérité...etc. Si face à Lui nous nous disons « je ne vaux rien, je ne peux accepter » alors nous ne recevrons rien.

En fait le Christ ne donne pas au mérite; l'Amour de Dieu brille sur les bons et les méchants de la même façon, il n'exige rien de nous, simplement que nous l'acceptions et que nous le laissions nous transformer de l'intérieur. On peut aussi dire la même chose avec d'autres mots: La Lumière est là, partout, à chaque instant, disponible, mais c'est à nous de nous y rendre réceptif ; et quoi que nous ayons fait, si nous reconnaissons nos erreurs, nos travers, et que nous demandons de l'aide avec le désir de changer, la Lumière qui est toujours là, pénètre en nous, et cela ne dépend absolument pas de nos mérites... C'est cela aussi que nous affirmons par cette phrase avant la communion : que Dieu est Amour, et qu'il donne sa lumière à tous ceux qui l'acceptent, sans poser aucune condition à cela, ainsi est l'Amour de Dieu. Si Dieu se donnait au mérite, personne ne serait assez pur pour recevoir Dieu qui est l'infinie pureté.

Parfois l'Eglise pose des conditions extérieures aux chrétiens pour qu'ils puissent recevoir la communion... Mais ces conditions sont posées par l'Eglise et non par Dieu. La véritable condition pour bien recevoir la communion n'est pas dans notre situation extérieure mais dans notre état d'esprit intérieur, et celui-ci est contenu dans cette phrase : « Seigneur je ne suis pas digne de te recevoir mais dit seulement une parole et je serais guéri ».


L'autre attitude extrême qui peut également nous empêcher de laisser la Grâce de Dieu oeuvrer en nous c'est le fait d'être trop orgueilleux, face au Christ, pour reconnaître que l'on a pas encore toutes les qualités Divines et que l'on a besoin de l'aide de Celui qui les incarne toutes. Cette phrase d'avant communion nous invite à reconnaître nos défauts, nos égarements, car si nous voulons être purifiés par Dieu, il faut que nous soyons conscient de ces faiblesses, ainsi quand Dieu entrera dans notre conscience il pourra les rencontrer et nous guérir. Car il s'agit effectivement de nous guérir : personne n'est mauvais de nature car nous avons tous été créés à l'image et à la ressemblance de Dieu. Lorsque nous faisons le mal ou que nous ne faisons pas le bien, cela est toujours généré en nous par des souffrances conscientes ou inconscientes qui ont besoin d'être guéries.


Alors en disant cette phrase avant la communion il faut se regarder tel que l'on est, avec nos qualités et nos défauts, reconnaître humblement que l'on a besoin d'aide pour guérir et développer les vertus. Pour être sanctifié nous ne devons pas compter que sur nous-même, mais sur la Grâce de Dieu, car la sainteté ne peut venir en développant les capacités de notre moi car elle est au-delà du moi. Ce n'est pas que nous sommes indignes de recevoir la Grâce de Dieu, c'est plutôt que nous ne sommes pas à la hauteur de cette Grâce en ce sens qu'elle va nous amener à nous dépasser nous-mêmes, et ce jusqu'à la sainteté où nous serons un avec Dieu. Et lorsque Dieu sera un avec nous, notre moi sera au service de cette sainteté, ainsi nos capacités physiques, intellectuelles, nos connaissances, bref toutes nos aptitudes, nous permettrons de faire le bien mais ce ne sont pas elles qui nous permettrons de nous unir à Dieu. On peut le constater par exemple dans le fait que ces capacités peuvent tout autant servir à faire le mal.

Cette phrase « Seigneur je ne suis pas digne de te recevoir mais dit seulement une parole et je serais guéri » résume l'essentiel de la démarche chrétienne : reconnaître que Dieu seul peut nous amener à cet état de sainteté qui est un au delà de nous-mêmes et laisser Dieu nous changer, nous façonner. Ce n'est pas en forçant que nous allons développer des qualités divines, en fait tout notre travail spirituel consiste à nous ouvrir à Dieu et à le laisser faire, mais il ne faut pas croire que c'est ne rien faire, au contraire, laisser en soi la place à Dieu est un travail immense qui exige de l'écoute d'enseignements spirituels, de la réflexion, de l'introspection, des rémises en questions, des pratiques de prières, de méditations... Mais il faut aussi prendre conscience que l'Amour du Christ est un don gratuit et que, si on peut dire, 'la notion de mérite n'effleure même pas son esprit'. Et ce don ne nous est pas fait à un moment donné : Dieu se donne à nous à chaque instant, à chaque moment.... Il nous demande seulement de l'accepter et si nous acceptons véritablement de le laisser entrer et de nous façonner selon Sa Volonté à Lui, en aucun cas il ne se refusera à nous.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ananie - dans Textes
commenter cet article

commentaires