Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour Retourner À L'accueil

  • : Ananie
  • Ananie
  • : Ce blog a pour but de présenter une vision spirituelle de la tradition chrétienne
  • Contact
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 11:33

Selon de nombreux auteurs chrétiens, l'ancien testament ne doit pas être lu comme un récit historique, même s'il peut parfois comporter des évènements qui ont réellement eu lieu. Les récits bibliques sont avant tout des enseignements: des mythes. Pas des mythes au sens où ils sont complètement fantasmagoriques, mais des mythes au sens où C.G.Jung l'entend, c'est à dire des récits mettant en scène de grands symboles de l'inconscient collectif qui sont fait pour structurer la conscience de l'homme, l'harmoniser, l'éveiller.

Dans l'histoire de la chute, cela n'a pas vraiment d'intérêt de considérer Adam et Eve comme le premier homme et la première femme ayant engendré l'humanité et étant responsables de l'exil de l'homme du Paradis. Rien ne nous permet de vérifier qu'il s'agisse d'un événement qui se serait réellement passé. Cet événement biblique est à mon avis plutôt à considérer d'un point de vue intérieur et actuel: il décrit se qui se passe en nous à chaque fois que nous 'désobéissons' à Dieu, c'est à dire à chaque fois que nous nous écartons de l'Amour et de notre nature profonde. Et ce qui se passe en nous, nous n'avons pas besoin d'y croire, nous pouvons le constater, l'expérimenter par une introspection.

Le péché originel ce n'est pas le premier péché dans le temps, c'est le premier péché en tant qu'origine de tous les autres; c'est une manière de fonctionner qui est le fondement, la base de tous les péchés. Chacune de nos actions, paroles, pensées opposées à ce que voudrait l'Amour est une conséquence d'une motivation intérieure symbolisée par la tentation du serpent: notre personnalité (symbolisée par Eve), se laisse séduire par un instinct d'appropriation (le serpent qui enserre) et son attention s'oriente alors uniquement sur l'aspect extérieur et matériel des choses (le serpent qui rampe ventre à terre). Dans un tel état d'esprit, elle ne détermine plus ce qui est bien et mal en fonction de l'Amour, mais en fonction de cet instinct de possession; elle détourne à son compte la connaissance du bien et du mal (Eve mange du fruit de l'arbre de cette connaissance dans l'Eden).

Ce récit nous enseigne que pour ne pas pécher, nous devons laisser Dieu déterminer ce qui est bien et mal, c'est à dire nous demander en tous temps ce que veut l'Amour et ce qui serait le bien de tous (nous y compris, mais pas seulement nous). Suivre la Volonté Divine, ne pas pécher c'est cela: déterminer ce qui est bien et mal de manière absolue, en fonction du bien ultime, du bonheur de toutes les personnes concernées et non pour satisfaire notre instinct de possession, qu'il s'agisse de possession de biens, de renommée ou de pouvoir.

Car si nous suivons ce serpent, cette conscience qui ne voit les choses qu'en fonction de ce que notre égo va y gagner, nous entrainerons aussi dans cette chute notre dimension spirituelle (symbolisée par Adam), et nous serons chassés du Paradis, c'est à dire que nous ne serons plus dans cet état de conscience qui amène le Bonheur grâce au fait qu'il est centré sur l'Amour.

 

Il ne faudrait pas comprendre ici que notre personnalité humaine, ou que nos instincts, représentés par Eve et le serpent dans cette interprétation, sont mauvais. Tous les aspects de notre être sont des créations de Dieu (comme toutes les créatures du jardin d'Eden) et ne peuvent donc être foncièrement mauvais, mais du fait de notre libre arbitre, ils peuvent tous être utilisés de manière soit constructrice, soit destructrice. Notre travail consiste donc à nous ouvrir à la Grâce Divine afin que tous ces aspects soient peu à peu pénétrés puis dirigés par l'Amour; alors notre conscience se retrouvera de nouveau dans l'Eden.

 

Note par rapport à la symbolique de l'homme et de la femme: Saint Augustin a dit « Ce mot chair est donc employé pour désigner la femme, de même que le mot esprit est quelquefois mis pour désigner le mari. » On peut en déduire que cela marche aussi dans l'autre sens: femme pour désigner chair et homme pour désigner esprit. On retrouve aussi ce symbolisme dans l'interprétation du Cantique des Cantiques par les mystiques chrétiens: la fiancée (féminine) est notre personnalité, qui doit s'unir à son bien aimé Divin (masculin). Ainsi la femme représente notre personnalité humaine, (la chair dans le langage chrétien) tandis que l'homme est en rapport avec notre partie spirituelle, reliée à Dieu. C'est pourquoi aussi on retrouve dans la bible la métaphore que la femme doit obéir à l'homme, c'est à dire que notre personnalité, notre chair, doit obéir à notre esprit (même si cela à parfois été pris au pied de la lettre par certains que cela devait arranger...).

 

Petit exercice: Si Eve représente, dans le récit de la chute, la personnalité qui se détourne de la Volonté Divine, la Vierge Marie quand à elle peut représenter la personnalité qui dit « oui » à l'Amour, aux plans Divins. Elle est celle qui foule aux pieds le serpent, ce même serpent qui avait tenté Eve. On peut donc régulièrement se la représenter foulant le serpent, s'imprégner de son image, et la prier pour se placer dans l'état d'esprit où nous pourrons, à chaque instant, faire « ce que veux l'Amour » pour le bien de tous.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ananie - dans Textes
commenter cet article

commentaires